Amplitude d’oscillation autorisée

L’amplitude d’oscillation autorisée est l'amplitude d'oscillation d'un couple variable sinusoïdal auquel le capteur peut être soumis 10⋅106 cycles sans causer aucune variation significative de ses propriétés métrologiques.

L'amplitude est désignée par la valeur crête / crête, c.-à-d., comme différence entre le couple maximum et minimum. Voir aussi la fig. 7.

De même que l’amplitude d’oscillation autorisée, il est également nécessaire de définir une limite supérieure autorisée pour le couple. Cette limite supérieure coïncide habituellement avec le couple nominal (dans la direction positive et négative). Des valeurs qui diffèrent de celles-ci sont explicitement indiquées dans les caractéristiques.

Le concept a été extrait de la DIN 50100, qui traite des essais de vibration continue (essais de fatigue) dans le cadre des essais de matériaux, et adapté au couple à partir de la contrainte mécanique. Seul le nombre de cycles de vibration est facteur significatif pour quantifier la contrainte de fatigue. La fréquence n'est pas significative dans les niveaux de fréquence habituellement vus en process* mécanique). Selon la DIN 50100, pour le cas des aciers, on note une corrélation étroite entre la tenue en fatigue garantie sous une charge donnée d'un composant mécanique et le nombre de 10.106 cycles qu’il supporte à cette charge.

Dans le cas du chargement vibratoire, la limite de couple supérieure remplace les informations explicites sur le chargement vibratoire moyen. Dans le domaine défini par les limites positives et négatives, le couple pulsé ou le couple alterné sont autorisés (voir la fig. 7).

Fig. 7: Termes utilisés en mode de mesures vibratoires

----------

*) voir aussi: H.-J. Bargel, G. Schulze: Werkstoffkunde (Materials Science), VDI-Verlag GmbH, Düsseldorf, Germany 1988


Contactez-nous Nous sommes à votre écoute pour répondre à toutes vos demandes.