Recommandations pour la détermination des intervalles d'étalonnage

Strictement parlant: un étalonange n'est seulement valable que pendant le temps de son exécution.

Toutefois : en pratique, la question plus fréquemment posée est dans combien de temps un réétalonnage devrait être effectuée réellement. Généralement l'opérateur est responsable de la détermination des intervalles des étalonnages. Si des spécifications internes pour les réétalonnages sont disponibles, par exemple dans le manuel de gestion de la qualité, alors celles-ci seront la source officielle pour les programmes de réétalonnage. Pour quelques applications, de telles spécifications peuvent également être en général les normes actuelles (par exemple l’ISO376 pour les instruments de mesure de force ou la certification des émissions de gaz d'échappement de véhicule).

Pour les mesures où les demandes les plus élevées sont placées sur la connaissance précise des propriétés de mesure, il doit être noté que l’étalonnage peut seulement faire des états  valides à l'heure de l'exécution. En conséquence, un procédé extrêmement compliqué est exigé : Un calibrage doit être exécuté à la fois avant et après chaque mesure importante. Les exemples de telles applications avec des conditions élevées sont les mesures effectuées dans le cadre de l'accréditation DakkS d'équipement d ‘étalonnage ou des mesures dans le cadre de la certification de véhicule à moteur selon les règlements sur les gaz d'échappement.

 

Si une vue plus pragmatique est suivie dans la pratique industrielle, comme explicitement recommandée dans la norme ISO 10012, il est naturellement plus sensible de permettre un plus grand nombre de mesures ou un intervalle de temps spécifique entre deux étalonnages. Si les variations mesurées pendant un calibrage comparé à un étalonnage précédent sont en dessous des conditions métrologiques, alors les résultats de mesure obtenus avec l'appareillage de mesure sont justifiables. Si, cependant, les variations sont plus grandes, alors la question est de savoir si les mesures sont seulement significatives d’une façon limitée et devraient elles être répétées. La décision sur au bout de combien de temps un intervalle d ‘étalonnage devrait être pris en compte et combien s’élèveraient les coûts, d'une part, pour un calibrage plus fréquent (y compris le temps perdu) et, d'autre part, pour des résultats de mesure probablement sans valeur, de nouvelles mesures, des actions de rappel, etc.

 

Un aspect important ici est également la probabilité de changements des propriétés de mesure qui peuvent avoir comme conséquence des variations significatives dans les résultats d’étalonnage entre un étalonnage et le suivant. Qualitativement, il est facile de s'assurer que certaines conditions peuvent exiger des étalonnages plus fréquents, par exemple, lors du nombre élevé d’heures de fonctionnement (opération de décalage), lors de conditions de température extrêmes, lors d’opérations de chargements alternés sur du long terme avec les capteurs, ou bien avec une présence de saleté et d’humidité. Cependant, produire des rapports quantitatifs au sujet de l'appareillage de mesure utilisé avec l'aide des données du fabricant exigerait des données statistiques complètes pour chaque type de capteur ou d'électronique de mesure qui ne sont normalement pas disponibles. L'opérateur peut à la place avoir une très bonne idée, en dépistant sans interruption les résultats d’étalonnage, du comportement à long terme de l'équipement qu'il utilise dans les conditions de fonctionnement valables pour l'application

 

En d'autres termes : Si un amplificateur de mesure est utilisé dans un banc d'essai où les conditions de fonctionnement sont dures et les coûts élevés, et les résultats de mesure s'avèrent ultérieurement peu fiable, il peut être sensible de mettre en application un réétalonnage après 6 ou même 3 mois. Si, cependant, il est clair qu’après le premier ou le deuxième réétalonnage, que les propriétés de mesure demeurent stables, il est alors probable que l'amplificateur de mesure restera également stable et on peut alors décider de rallonger l'intervalle de temps des étalonnages. Une telle procédure pour déterminer sous quelles conditions l'intervalle d’étalonnage peut être rallongé devrait être une partie du système de gestion de la Qualité. Et il faudrait également au moins envisager un raccourcissement des intervalles d’étalonnage, par exemple, en raison de l’usage ou du comportement en dérive.

 

Comparer les mesures de plusieurs instruments d’essais étalonnés les un aux autres sont une autre prise de décision d’aide pour adapter des intervalles d’étalonnage, par exemple, si un laboratoire d'essai utilise plusieurs capteurs de force et a l'équipement requis pour les mesures de comparaison en main. De telles comparaisons peuvent montrer si un intervalle qui, initialement, a pu avoir été plutôt calculé généreusement devrait être réduit dans un cas individuel.

 

L’importance des conditions de fonctionnement signifie naturellement qu'un réétalonnage devrait être mis en application dans tous les cas où un outil de mesure est sujet à des contraintes  extérieures à l'utilisation prévue. Celles-ci peuvent être des surcharges plus grandes, des chutes, des conditions de température extrêmes entrainant des interventions ou des réparations de l'équipement.

Auteur:

Dr. Georg Wegener, Hans-Werner Werner, HBM

01.12.2008

Contactez-nous Nous sommes à votre écoute pour répondre à toutes vos demandes.
/* JS code for search partner "addsearch" */ /* JS Code for Google Remarketing */